Connexion Inscription
Accueil Blog candauliste Pour connaisseur de la scène candauliste : « Ses mains qui se posèrent sur ses hanches »

Le blog de de la rencontre candauliste

illustration

Pour connaisseur de la scène candauliste : « Ses mains qui se posèrent sur ses hanches »

Poster un commentaire
Proposer un article

Ce récit d'expérience est réservé aux connaisseurs de la scène candauliste. Si vous n'aimez pas le candaulisme ou ne comprenez pas que l'on puisse vivre sa sexualité ainsi, alors vous n'apprécierez pas ce qui va suivre.

Dès l'entrée dans l'âge adulte, j'ai réalisé à quel point cela me stimulait et m'excitait lorsque ma copine sortait avec d'autres hommes. Ma copine de l'époque, qui est aujourd'hui ma femme, n'était pas prude et profitait des opportunités qui se présentaient à elle. Mais je vais commencer plus tôt pour que ce soit plus facile à comprendre. Julia et moi nous sommes rencontrés relativement jeunes. Elle avait vingt ans, j'en avais vingt-quatre. Ça fait deux ans qu'on sort ensemble, comme on dit. J'étais fier d'avoir conquis le c?ur d'une si belle femme. Des seins dessinés à la perfection, un fessier bombé, de longues jambes, tout ce qu'un homme peut désirer. Je ne suis pas le seul homme à le voir ainsi et cela me rend si fier. Partout où elle va, elle fait sensation, même chez certaines femmes elle suscite l'envie.

La fierté seule ne suffit pas dans un tel cas, il faut aussi savoir souffrir. Le jour où je l'ai compris, tout a basculé. Nous étions en soirée. J'ai vu Julia déconner avec quelqu'un d'autre et cela m'a piqué au vif. Pourtant j'en ai retiré du plaisir. Je me rappelle d'elle qui dansait avec lui, de ses mains qui se posèrent sur ses hanches alors qu'il lui chuchotait quelque chose à l'oreille. Le regard de Julia recelait du désir. Tout à coup les deux avaient disparu. Environ un quart d'heure plus tard, ils réapparurent. Ils dansaient étroitement ensemble. Quelques secondes plus tard, je les avais à nouveau perdu du regard. Je suis donc parti à leur recherche et les ai trouvés dans la chambre des hôtes. Ils se roulaient dans le lit, se serrant fort l'un contre l'autre. Ses mains étaient partout sur Julia. Il avait déjà exposé ses seins à l'air libre. Sa jupe courte était remontée jusqu'au haut de ses cuisses. Sa culotte était descendue jusqu'aux genoux. Il avait les doigts à proximité de sa zone la plus intime. Ma bite s'étirait dans mon pantalon, j'étais déboussolé. Il continua jusqu'à ce qu'elle laisse échapper un gémissement. Quand ils se sont tous les deux levés après une courte pause, je suis rapidement parti sans qu'ils ne se rendent compte de ma présence.



Environ une heure plus tard, Julia et moi sommes rentrés chez nous. Quand je suis arrivé, Julia m'a pris dans ses bras et m'a embrassé: « Il n'a pas osé me baiser. » Cela ressemblait presque à une plainte. Elle me supplia de réparer l'offense. Un peu plus haut, j'ai parlé de souffrance. Sur le moment j'ai été pris de jalousie. Mais c'était étrange, car je ressentais un mélange de jalousie et d'excitation. Or l'excitation a prévalu. J'étais tellement excité que je lui ai fait l'amour.

Le lendemain matin elle m'a demandé si cela m'avait plu autant qu'à elle. Je ne savais pas trop quoi répondre à ça, d'autant que je n'étais pas sûr de ce qu'elle voulait dire par là.  Que voulait-elle entendre ? Comment devais-je décrire mon état émotionnel ? N'importe quel autre homme ou mari aurait pu paniquer ce soir-là. Pour moi, en revanche, mon désir pour elle avait augmenté. Voir et expérimenter comment un autre homme la désirait autant que moi et comment elle y prenait plaisir était difficile à comprendre pour moi au début. Mais ensuite je l'ai accepté.

Des « incidents » similaires se répétaient sans cesse, et à chaque fois je lui faisais l'amour par la suite. Nous étions désormais mariés. Alors que nous rentrions d'une fête, elle m'avouait n'avoir rien trouvé de « convenable », mais qu'il y avait un moyen d'atténuer la déception. Sans mot dire je me suis garé sur une aire d'autoroute. Elle m'a regardé d'un air interrogateur.

« Nous n'avons pas baisé dans la voiture depuis longtemps. » Elle sourit et déboutonna sa robe. Nous nous sommes embrassés. J'ai pétri ses seins passionnément. Peu de temps après, un homme étrange se tenait à côté de la porte du passager du côté de Julia. Apparemment c'était un lieu connu des voyeurs. Plusieurs voitures étaient garées. D'autres couples sont également venus regarder. Je n'étais pas découragé et j'ai continué. J'ai posé la main entre les jambes de Julia, qu'elle a ouvert volontiers. Le spectateur ne semblait pas la déranger le moins du monde. Elle a ouvert mon pantalon et a sorti ma bite. L'homme à l'extérieur a également sorti sa queue de son pantalon. Julia a baissé sa vitre latérale?

4 commentaires

Hcoollibertin
Le 18 mars
Tres beau recit. A t elle baissé sa vitre? Si j etait l inconnu j espererait...
Répondre
Vanguarde01
Le 18 mars
Superbe récit qui m'excite énormément et quelle femme !
Répondre
jesuisuncoquin
Le 18 mars
Très excitant
Répondre
joedu81
Le 25 mars
Bonjour, je suis H bi réel, marié, elle est au courant, durant 20 ans j'ai eu un ami-amant qui aimait me partouzer, me regarder faire avec d'autres hommes en tenue sexy puis je racontais tout à mon épouse qui excitée, à son tour me sodomisait avec son gode ceinture.
Répondre

Poster un commentaire

OK
VIVEZ La rencontre
Candauliste
profil
profil
profil
profil
Plus de 30 000
CONNECTÉS
PAR JOUR !
profil
profil
profil
Nous respectons votre vie privée

Nous utilisons les cookies afin de vous offrir une expérience optimale et une communication pertinente sur nos sites.
Nous veillons à obtenir votre consentement quant à l’usage de vos données et nous nous engageons à les respecter.

Pour plus d’infos sur vos données personnelles, consultez notre politique de confidentialité.